Maux & Cris

Textes, Poèmes, Livres, Rêves et autres billevesées

Et Lilly avait disparu comme ça sans m’en parler, brutalement. Une violente et soudaine déchirure du tableau d’une vie rêvée laissait entendre qu’elle en avait assez. Assez de son boulot, de la boite, de moi, de toute sa vie. Le sms qu’elle m’avait envoyé était clair : « Alex, j’en ai marre de cette vie. Je pars. Tu sauras gérer la société. Ne m’en veux pas, ne me cherche pas. Je t’assure, c’est mieux. Ciao ».

Clair pour n’importe qui, peut-être, mais pas pour moi. Elle ne serait jamais parti sans en parler longuement avec moi. Nous nous connaissions depuis toujours. Enfin, non, pas depuis toujours, juste depuis nos premières années d’étude. Cela faisait vingt cinq ans que nous étions tombés l’un sur l’autre. L’un dans l’autre. Rien ne nous avait interrompu, et l’idée même que cela puisse être imaginé nous faisait bien rire et laisser pressentir que la nuit suivante allait être torride.

L’idée que Lilly se soit tirée en douce, genre « trop dur, j’m’enfuis pour la survie de ma belle gueule ou alors j’avais une vie secrète de ouf et l’autre blaireau a vu que dalle » a pourtant été l’incongruité retenue par la police, qui en l’occurrence a eu la finesse du marteau-pilon et la précision de l’hippopotame. Ces crétins n’ont rien écouté de ce que je leur ai dit, et bien évidemment, je suis même devenu leur principal suspect.

Lilly n’avait aucune duplicité en elle. Munie d’une intelligence acérée, son sens de la justice frôlait la perfection. Loin de se contenter des « à peu près » qui satisferaient la plupart d’entre nous, elle analysait toujours en profondeur et avait des fulgurances étonnantes. Un jour, notre discussion portait sur la littérature et le racisme. Je disais qu’un mot pouvait être caresse ou arme et que c’était le privilège de l’écrivain, ou de l’écrivant, d’en faire l’un ou l’autre. Sa réponse m’avait cloué. Oui, le mot est important. Mais plus encore ce que pense celui qui le dit et celui qui le reçoit. Et que la majorité des incompréhensions venait de là. De la trop grande différence de référentiel. Et du fait que l’on ignorait cela.

C’est comme cela qu’elle arrivait à convaincre nos clients. En quelques échanges, elle identifiait leurs racines, leurs positions morales et politiques et utilisait le langage approprié pour fabriquer ce qui deviendraient des évidences pour eux. Elle plantait des germes dans leur cerveaux, des germes totalement compatibles avec le terreau qui s’y trouvait déjà, là où tant d’autres auraient tenté d’enfoncer un coin à coup de masse.

Inutile de vous dire qu’après sa disparition, les affaires ont adopté une autre pente. C’est d’ailleurs une des raisons principales qui ont fini par écarter les soupçons de la police. Je n’aurais eu aucun intérêt à faire disparaître Lilly.

Et puis, ce sms, sans blague ! Un langage petit, misérable, étriqué, à l’opposé de celui qu’elle avait l’habitude d’utiliser, précis et luxuriant. Pour quiconque la connaissant un minimum, ce n’était pas son langage. Et pour moi, c’était pire. Entre nous, Lilly ne m’appelait pas Alex, mais Sedalex. Depuis le jour lointain où, en m’enfilant un préservatif sur la bite, elle n’avait pu s’éviter un « Dur Alex sed Alex ».

Ça, et aussi que jamais elle n’aurait terminé par Ciao., mais par « L. » comme elle faisait toujours. Elle n’avait pas écrit ce sms.

12 réflexions sur “Le sms

  1. Antoine Jumelle dit :

    Vini Ready Applaudi !

    Encore … Encore…

    Aimé par 2 personnes

    1. Maux&Cris dit :

      Merci Antoine !
      Je vais devoir mettre Dupin au secret quelques temps. Je continue à avancer de mon côté. Dans quelques temps je reviendrai ranimer sa flamme et ainsi de suite. Je me suis libéré de textes que j’avais promis à mon éditeur et vais me concentrer sur Dupin et les billets de l’emplumé.
      Merci de ton soutien. Savoir que ce que l’on produit est lu et apprécié, c’est vraiment un grand plaisir et un moteur qui s’avère efficace.
      Bonne journée Jules ! 😉

      J'aime

  2. Bonjour Régis.
    Excellente, la suite !
    J’ai vraiment apprécié, et le Dur Alex, sed Alex est très bien trouvé. Du coup, je peux te suggérer un détective pour aider notre DUPIN à se dépatouiller. Il s’agit du fameux Nestor BURMA, de l’agence Fiat Lux, parce que comme on ne disait pas chez les romains, Dura Lex, Fiat Lux! (tu l’auras compris, j’ai toujours adoré les jeux de mots pourris 🤪.)
    Bonne journée, et à très bientôt (tu nous donnes vraiment envie d’avoir la suite.)

    Aimé par 2 personnes

    1. Maux&Cris dit :

      Je n’ai pas pu m’empêcher de lâcher cette blague pourrie. On se retrouve sur cette addiction si je comprends bien. Je désespère mes enfants parfois.
      Heureux que cela te plaise. Je me demande bien où cette histoire va m’emmener. J’espère qu’elle sera généreuse.
      Pour la suite, il va falloir patienter un peu. J’expliquerai ce que je compte faire demain matin.
      Bonne journée Monsieur Opéra.

      Aimé par 1 personne

  3. Oui pareil, y compris pour le désespoir de mon enfant quand je fais des jeux de mots pourris en public (mais qui n’est pas le dernier pour en faire en privé…).
    Pour la suite, bah on attendra, bien obligé de toute manière.
    Ça a été chez ton dentiste ?

    Aimé par 1 personne

    1. Maux&Cris dit :

      Oui, merci.
      C’était une bête carie. Je ne devrais plus avoir mal. Pour l’heure, l’anesthésie est toujours là, j’ai la sensation d’un trou à la place du côté gauche de la bouche. Ça fait super bizarre, quand je bois, je ne peux m’empêcher de penser que l’eau va couler par terre…
      J’y retourne le 20.

      Aimé par 1 personne

  4. J’ai pris le temps de lire l’histoire de Dupin. C’est très bien écrit, j’aime bien l’atmosphère.
    Bonne journée

    Aimé par 1 personne

    1. Maux&Cris dit :

      Merci Pierre. Cela fait toujours plaisir des retours comme le tien.
      J’aime bien ce que tu fais aussi.
      Bonne journée

      J'aime

  5. Solène Vosse dit :

    Ah, ça y’est tout m’est revendu ! J’adore.. ça se Corse.
    Mais me semble bien l’avoir commenté, moi, ce billet. Du moins, commencé a commenter, mais ma tablette était déchargé. Alors t’ai dit, suspens…. ( à suivre) tu te souviens ?
    Tu me diras, c’était peut-être sur face de bouc… ou bien je me suis trompée de billet en revenant après avoir été dérangée. Une vie de ouf, te dis !
    En tout cas, j’adore. Ça me rappelle l’ambiance de  » crime », tu sais ces émissions avec crimes ou disparitions, enquêtes tout ça…. je regarde ça quand j’ai besoin de me reposer la tête. Plus c’est sordide, et plus ça me va….
    Bon alors, la suite, cher emplumé ? Ne crois pas qu’on va te laisser t’en tirer comme ça !!!
    Lily, Lily !!! … où es passé Lily ?! J’suis d’accord, elle a pas pu écrire ce SMS.

    J'aime

  6. Solène Vosse dit :

    Grrr… je vais le jeter ce phone!!! RevIendu et non « revendu » ..

    Aimé par 1 personne

    1. Maux&Cris dit :

      Et paF ! Je te dis…

      J'aime

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

The 3H:health,happiness,healing

Every life is special !

QU'ALORS Y FAIRE

Débats, infos et recherches pour la transition

%d blogueurs aiment cette page :