Maux & Cris

Textes, Poèmes, Livres, Rêves et autres billevesées

Imaginez il y a deux ans, je descendais à Amplepuis, comme aujourd’hui. Sur la route je voyais ces oiseaux bien rangés sur leur fil…

Aujourd’hui, la lumière était sublime, qui embrasait les couleurs de l’automne. Les verts allaient de la sombritude déprimante au vert anis super dynamique. Le ciel ? D’un bleu de fou à cinquante nuances de gris. Les rouges ? Du jaune clair au marron en passant, non pas par la Lorraine, mais par le rouge vif.

Les lumières étaient polarisées, les paysages magnifiés grand format. Même le plat le plus déprimant en devenait presque beau pour peu qu’un arbre bruisse dedans.

Et le vent ? Un vent de dingue. Qui animait les feuilles qui tournicotaient et transformaient la lumière pour faire un tableau vivant, palpitant.

Aujourd’hui les oiseaux ne faisaient pas les malins…

Maux & Cris

Ce soir, lorsque les ombres des meules s’allongent, j’ai vu celle d’un tout petit arbre s’étirer et se grandir jusqu’à l’autre bout du champ. J’ai vu les oiseaux se ranger sur les fils aériens.

Ils savent que le compteur d’oiseaux va passer, qu’il a beaucoup de travail et peu de temps pour faire le relevé avant que l’obscurité ne dévore tout. Les oiseaux lui facilitent donc la vie et se rangent dans bruit.

Le matin, il est le premier sur place pour faire l’appel des zélés trublions ailés. Ils sont maladivement désordonnés et désobéissants, totalement incapables de se reposer à la même place où le compteur les a repéré quelques heures avant. Les petits facétieux n’ont de cesse à fausser sa patience et sa méthode, ils sautillent de gauche à droite, font du saute-oiseau, plient les pattes, puis les étirent pour se grandir.

Jamais le compteur ne se trouble, ni…

Voir l’article original 120 mots de plus

J’ai la suite les ami(e)s ! Une fin délicieuse et positive. Cela en est presque drôle !

Comme énoncé dans l’article, mercredi nous n’étions plus â la maison. Ce que j’avais précisé à mademoiselle Jenèpadeprénom, et qu’elle n’a pas noté, comme je l’avais deviné, à 17h17 je reçois un appel téléphonique « Bonjour Monsieur Vignon, c’est UPS. Vous n’êtes pas chez vous ? »
« Bonjour, et non je ne suis pas là. Comme je l’ai signalé à la personne de chez vous que j’ai eu lundi soir et qui n’a rien noté. »
« A priori le colis doit pouvoir rentrer dans la boite aux lettres »
« Super. Tentez-le, s’il vous plait ! »
« C’est bon, c’est rentré »
« Ok. Merci beaucoup. Bonne soirée. »
« Bonne soirée »

Tout est bien qui finit bien. Ce qui aurait pu être fait dès le premier essai. Si les orchidoclastes n’étaient pas aussi nombreux….

Bonne journée les ami(e)s !

Maux & Cris

Tout d’abord, pardonnez-moi ce trou dans les publications. Vendredi comme toute personne à risque, j’ai été voir ma pharmacienne préférée pour me faire vacciner contre la grippe. C’est la deuxième année. L’an dernier, tout s’était bien passé. Cette année ce ne fut pas le cas. De forts maux de têtes, de la fièvre, l’impression de sortir du tambour de la machine à laver et un cerveau dont la pédale de frein a été bloqué par un diabolique sorcier.


Voir l’article original 948 mots de plus

Tout d’abord, pardonnez-moi ce trou dans les publications. Vendredi comme toute personne à risque, j’ai été voir ma pharmacienne préférée pour me faire vacciner contre la grippe. C’est la deuxième année. L’an dernier, tout s’était bien passé. Cette année ce ne fut pas le cas. De forts maux de têtes, de la fièvre, l’impression de sortir du tambour de la machine à laver et un cerveau dont la pédale de frein a été bloqué par un diabolique sorcier.

Lire la suite

Lire l’épisode précédent : Dupin – la suite de la suite

La visite s’était poursuivi. Le domaine était superbe, les deux topiaires, impeccablement taillées, s’inscrivaient parfaitement bien dans le paysage. Au-delà du bois entourant le château, le domaine descendait dans la vallée et depuis l’orée du bois, les arbres bien alignés ponctuaient la courbe de terrain jusqu’à un hameau de quelques maisons. Sur tout le côté gauche, un bois longeait la propriété. Sur le côté droit plusieurs hangars contenaient tout ce qui permettait au Baron et à son équipe de trier, nettoyer, conditionner et entreposer les fruits. Un accès direct à la route permettait aux camions de venir enlever les cageots de fruits.

Lire la suite
Brother's Campfire

Gather 'round and hear a tale...

Tears Of The Pen

𝑲𝒂𝒈𝒐 𝑾𝒂 𝑲𝒊𝒎𝒂𝒏𝒊

Maxinfo24

Site d'actualité

Into the Light Adventures

By Sandra Js Photography - Make the rest of your life the best of your life.