Maux & Cris

Textes, Poèmes, Livres, Rêves et autres billevesées

Onze années de cancer m’ont fait cohabiter avec mon corps. Avant, lui et moi ne faisions qu’un. Dans le but louable de me sauver la vie, les médicaments anticancer l’ont mis à mal. Petit à petit, il s’est écarté pour s’installer à côté de moi, comme une entité étrangère. Mon véhicule devrait me porter fièrement, pourtant, dans le meilleur des cas, c’est moi qui supporte sa faiblesse.

Lire la suite

…pour une durée indéterminée. Depuis la publication du premier article en janvier 2017, il y a plus de cinq ans, j’ai publié près de 400 articles de nature, de taille et d’intérêt différents. Je ne pense pas que cette pause soit définitive, mais la contrainte de « devoir » publier régulièrement me pèse de trop. Plutôt que de culpabiliser, il me semble plus correct de vous prévenir que je mets le frein à main sine die.

Je tiens surtout à vous remercier de m’avoir suivi avec fidélité et surtout d’avoir alimenté des échanges via les commentaires. J’ai croisé, grâce à Maux et Cris, des personnes attachantes. Je ne souhaite aucunement briser les liens créés et vous pouvez continuer d’échanger avec moi via Facebook, Tweeter, Linkedin et Instagram (je n’irai pas sur de nouveaux réseaux sociaux..).

Je vais continuer ce que j’ai récemment commencé, à savoir m’occuper de maintenir mon organisme en état de se bagarrer avec le crabe. Rassurez-vous, tout va pour le mieux. Mes examens récents ont montré une légère diminution de la taille de la tumeur, aucune autre n’étant apparue. Mais les traitements affaiblissent inexorablement. Me sentant un peu comme sur une pente glissante, et non pressé d’arriver au bout, j’ai décidé d’aller dans une salle de sport trois fois par semaine afin de reprendre du tonus. Je n’avais plus conscience d’avoir un corps. Les premiers résultats sont là. Le sentir de nouveau, associé au fait de marcher régulièrement, fait un bien fou.

Je continue de réfléchir à des histoires. Sans doute en écrirai-je encore. Je continue aussi la photo et souhaite me mettre au dessin dès la rentrée. J’ai arrêté la moto, qui me donnait plus de mal que de plaisir. Je dois recharger la batterie de Liberté et la mettre en vente. Cela fera un peu de place au garage. Je fais toujours de la guitare et continuerai encore longtemps de tisser des harmonies et des mélodies au gré de mon envie. Mon plaisir est de creuser une veine jusqu’au bout de mes possibilités. Ainsi j’apprends sans arrêt.

Prends soin de toi et de tes proches. Je t’embrasse fort.


Coquecigrues et ima-nu-ages

......quand je suis sur la touche...je pianote en rond......

Carnets volubiles

"you talk way too much"

The Paltry Sum

Detroit Richards

Beatriz Esmer

Writings & Drawings