Maux & Cris

Textes, Poèmes, Livres, Rêves et autres billevesées

Il était une fois un peintre, célèbre en son époque et qui a eu le plaisir de vivre de son art. D’autres n’ont pas eu cette chance, comme Vincent Van Gogh qui n’aurait vendu qu’un seul tableau de son vivant, « La vigne Rouge » pour la somme de 400 Francs ce qui revenait à quelque chose comme 1600$ en 2011, alors que la vente d’un de ses tableaux a atteint près de 150 millions de dollars en 2018.

Claude Monet avait émis domicile à Giverny, pour des raisons de lumière, semble-t-il. J’habite de l’autre côté de la Seine, au pied de la colline qui nous vole le soleil pendant quatre mois de l’année, alors que nos voisins d’en face, les Givernoises et Givernois, sont injustement inondés de soleil tout le long de l’année. Claude Monet a été moins stupide que moi. Accessoirement, les moyens financiers du Maître étaient sans rapport avec les miens, plus chiches.

Claude Monet a énormément peint. Entre autres dans son jardin de Giverny surtout connu grâce aux fameux nymphéas. Savez-vous que son jardin comporte des centaines de variétés de fleurs, dont l’agencement doit tout à l’œil du peintre, les fleurs étant « rangées » en fonction de leur couleur et de l’exposition au soleil. Il est à noter que l’équipe actuelle de jardiniers tente de maintenir cela, non en reproduisant le même jardin année après année, mais en le faisant évoluer quitte à chercher, et parfois à dénicher, de rares variétés que l’on croyait perdues à jamais.

Ils sont capables à partir d’une interview du maître filmé dans une allée de rechercher les fleurs figurant sur la vidéo afin de retrouver des semences, ou des pieds, je ne sais pas exactement.

Dans la région, Claude Monet a peint un peu partout, des paysages, des bords de Seine, des villages comme ce petit tableau peint en 1893, qui doit appartenir à une collection privée et qui représente l’Eglise de Jeufosse. Son nom est prosaïquement « L’église de Jeufosse, temps de neige ». D’autres l’appellent « L’église de Jeufosse en hiver ».

EgliseJeufosse_Monet

Et alors me direz-vous ? Ta mise en abyme, elle est où ?

Patience les ami(e)s, patience, elle vient, je viens juste d’en planter le premier clou.

Il se trouve que, las d’être locataires dans le 92, parents d’une fillette de 2 ans et demie et bientôt d’un petit garçon, nous souhaitions leur donner la possibilité de pouvoir vivre aussi dehors, comme nous avions eu la chance de pouvoir le faire dans notre jeunesse. Nous avons donc acquis une maison aux confins des Yvelines pour y emménager lors de l’été 2005. Quelques années sont passées avant que je ne découvre avec stupéfaction l’existence de ce tableau et qu’y figure notre maison, enfin celle qui est devenue nôtre.

L’église du tableau présente un clocher très haut et pointu. Malheureusement, la voie ferrée que vous pouvez imaginer en dessous des poteaux électriques derrière le mur de gauche, a généré tellement de vibrations et de soubresauts que le clocher s’est effondré en 1913, ce qui a entraîné la fin des pratiques religieuses en son sein. Le clocher a été reconstruit moins haut dans les années 1920 et l’église fut inscrite aux monuments historiques en 1926. Bizarrement, elle s’appelait l’église de Saint-Germain-de-Paris.

Il y a trois ans, je retrouve l’endroit d’où, selon moi, Claude Monet avait peint son tableau et prend une photo avec un cadrage presque identique à celui du peintre.

EgliseJeufosse_Régis

Tout fier du second clou de cette mise en abyme, je publie l’histoire sur Facebook. La maison initiale est toujours là, agrandie dans les années 1950, selon nos voisines Odile et Véronique, propriétaires actuelles de l’église. Sur une photo de 1910, prise d’un sentier surplombant le village, on voit bien la maison, et un autre bâtiment plus près de la colline mais non attenant à la maison. Dans les années 50, les deux bâtiments auraient été reliés par une construction à étage. Nous avons retrouvé une photo de 1910 avec deux bâtiments séparés, ainsi qu’une autre photo, prise entre 1910 et 1918 où les deux bâtiments étaient déjà reliés par un rez de chaussée sans étage.

Ici, je dois faire ce qui pourrait s’apparenter à une digression. En fait ce n’en est pas une, vous l’allez voir, restez donc encore un peu avec moi …

Lors de l’année 2017, je découvre l’existence d’une bande dessinée, a priori destinée à un jeune public, mais dont l’histoire m’intrigue. Il s’agit d’une souris, nommée Musnet, piquée de peinture et fan de Claude Monet, qui décide de venir à Giverny pour apprendre du Maître. L’auteur est américain, de Minneapolis, l’ouvrage est édité par Dargaud, je suis encore plus intrigué. Et le hasard étant rarement pingre côté surprises, ne voilà-t-il pas qu’il vient à Giverny faire une séance de dédicace, à laquelle je serai. Notre auteur s’appelle Kickliy Yilkcik.

J’apprendrai plus tard que Kickliy a eu un grave accident de voiture qui l’a touché dans son corps et dans son esprit. Les médecins lui ayant conseillé de changer d’air pour se reconstruire, il est venu en France, a fréquenté des lieux chargés d’art, comme le Louvre, le musée d’Orsay et Giverny, sur les pas de Claude Monet qu’il vénère. Kickliy a des origines grecques et françaises. Il parle d’ailleurs un excellent français.

Dédicace Kickliy à Giverny - 28 juin 2017

Le 28 juin 2017, j’ai donc le plaisir de rencontrer Kickliy devant ses piles de Musnet. Il me dédicace les quatre tomes et me raconte que l’idée de Musnet est née ici, à Giverny, à la terrasse d’un café proche de la maison de Monet.

Se rafraîchissant à une table, il voit passer une souris, qui lui donne l’idée de Musnet. Je trouve cela merveilleux, qu’une banale petite souris, au destin peut-être tragique dans la vraie vie au regard du nombre de chats Givernois, se soit vue dotée d’une histoire romanesque par quelqu’un passant par là. Quelle rencontre !

Et sur le plan reconstruction, quelle belle histoire ! Le fil conducteur reste l’amour de l’Art.

Tiens une seconde mise en abyme, l’artiste se projette dans son ouvrage ! Elle n’a rien à voir avec la première évoquée me direz-vous ! Vous avez raison, mais l’histoire n’est pas finie.

Kickliy et moi continuons à échanger régulièrement via les réseaux sociaux. Il poste régulièrement ses dessins, nous a tenu en haleine avant la sortie des deux premiers volumes de Perdy, une bande dessinée façon western, pour adulte cette fois, avec un personnage féminin d’une belle truculence.

Kickliy et moi continuons à échanger régulièrement via les réseaux sociaux. Il poste régulièrement ses dessins, nous a tenu en haleine avant la sortie des deux premiers volumes de Perdy, une bande dessinée façon western, pour adulte cette fois, avec un personnage féminin d’une belle truculence.

Je n’ai pas encore le volume 2, je vais devoir remédier rapidement à cela…

Quittons la digression et revenons à la photo prise de l’église de Jeufosse. Je la publie sur Facebook avec le tableau de Monet en racontant l’histoire de Monet, l’église, ma maison…..

Quelques heures plus tard, mon ami Kickliy publie la photo d’une aquarelle qu’il a réalisé d’après la photo faite d’après le tableau de Monet. Voilà la clé qui ouvre et clôt les deux mises en abyme.

EgliseJeufosse_Kickliy

Je m’arrangerai quelques mois plus tard pour acquérir l’aquarelle, que je recevrai protégée dans un des albums de Musnet.

Je ne remercierai jamais assez Kickliy pour ce beau cadeau. L’art est peut-être bien ce qui peut rapprocher des hommes pourtant destinés à ne jamais partager quoi que ce soit. Nous sommes ici dans le domaine du sentiment, de l’impression, de l’inexplicable. La beauté s’offre à ceux qui acceptent de la voir.

C’est con pour les autres… mais ils ne font pas beaucoup d’efforts aussi !

Lisez Musnet

Lisez Perdy

Suivez Kickliy Yilkcik sur Facebook

Sponsoriser Kickliy Yilkick

Informez-vous sur la fondation Monet

Informez-vous sur le Musée Des Impressionismes Giverny

13 réflexions sur “Double mise en abyme avec sa clé

  1. Magnifique histoire !
    Connais-tu, aussi, les Souris du Louvre, co-édité par Delcourt et les éditions du Louvre (2018 et 2019), Bandes dessinées (a priori pour enfants, mais tout le monde peut les lire) qui nous parle de la vie au Louvre quand les hommes ne sont plus là, la nuit, et qui est un beau mélange de présentation de l’Art avec une aventure qui peut parler aux plus jeunes.

    Aimé par 1 personne

    1. Maux&Cris dit :

      Je ne connais pas ces Souris du Louvre. Mais elles ont l’air bien intéressantes…

      J'aime

  2. Je te les conseille !
    (Pour après le confinement…)

    Aimé par 1 personne

  3. Souvenirs heureux. J’aime Monet et les impressionnistes, mais mon artiste préféré est Corot.

    Ma première visite à Giverny, ma femme était enceinte 8m!

    Aimé par 1 personne

    1. Maux&Cris dit :

      Il m’est impossible de donner mon artiste préféré. J’en aime beaucoup. Rares sont les artistes qui ne me touchent en rien. Les mauvais sans doute… 😉
      Cette visite a du être bien fatigante pour ton épouse ! Il y a quelques bancs autour de l’étang des nymphéas sauf erreur.

      Aimé par 1 personne

  4. Gh0ST dit :

    très belle présentation. Et quel beau coin de pays. Nous n’avons pas énormément de bandes dessinées, mais l’une de nos préféré est la passion de Diosamante. Le récit d’un voyage initiatique. Décidément pour adultes, mais un une histoire fort captivante. Merci à toi

    Aimé par 1 personne

    1. Maux&Cris dit :

      Merci GhOST ! Je ne connais pas la passion de Diosamante. Sais-tu que je ne crois pas avoir jamais échangé avec un Ghost ? Je suis pris d’une certaine excitation. Ghost au sens guerrier ou au sens Écossais ?
      La région touche la Normandie, le Vexin Normand et le Vexin Français. Beaucoup de points d’histoire.
      Je viens de découvrir ton blog. Merci pour ce que tu y fais. J’aime beaucoup.
      Régis

      Aimé par 1 personne

    2. Gh0ST dit :

      Je ne connais ni l’un, ni l’autre des deux sens. Cela vient de Ghost in the shell. Celle qui m’habite. J’aimerais bien savoir quelle sont ces deux sens toutefois, si tu veux bien me l’expliquer. Merci beaucoup vraiment.

      Aimé par 1 personne

    3. Maux&Cris dit :

      Ghost in the shell ! Joli. En chacun de nous se cache un petit fantôme que l’on révèle ou pas.

      Ghost : nom donné aux militaires infiltrés pour réaliser des opérations en toute discrétion
      Ghost : les chateaux Écossais sont connus pour les fantômes y habitant

      Rien de bien mystérieux. 😉 le Ghost in the shell l’est bien plus. 🤗

      Aimé par 1 personne

    4. Gh0ST dit :

      Ahh merci bien, j’ignorais la signification militaire, mais oui l’Écosse regorge de vieux fantômes. Merci. Quant au mystère, je crains qu’il ne soit pas bien grand ! Seulement doué d’une envie d’enfin produire autrement que du fond d’une boîte de céréale. Merci beaucoup pour les compliments. 😅

      Aimé par 1 personne

  5. philfff dit :

    Des histoires comme on les aime !

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

L'Oeil Noir

Blog de Lectures - Chroniques littéraires tendance Thrillers / Romans Noirs

The Biveros Effect

To Travel is to Live

Thoughts on Papyrus

Exploration of Literature, Cultures and Knowledge

%d blogueurs aiment cette page :