Maux & Cris

Textes, Poèmes, Livres, Rêves et autres billevesées

Mais bon sang de bois, que recouvre donc cette expression bizarre !

Evidemment, me voilà à imaginer un cycliste qui n’a plus de barre énergétique, plus de boisson énergisante, le porteur d’eau, tout en queue de peloton, est invisible. Une montée est devant lui, raide comme la justice, il a les jambes molles et doit absolument donner de l’énergie à son organisme.

Avez-vous remarqué la proximité des mots organisme et orgasme ? C’est frappant, non ? Impossible à ni-er. Deux lettres font la différence entre un être vivant organisé et une jouissance extrême ! Je vous laisse à votre perplexité. Retournons voir notre cycliste.

Il regarde son vélo et se dit que des freins, il n’a aucun besoin dans cette montée. Il arrache son frein avant et le ronge, avant de remonter sur son biclou et d’attaquer avec énergie cette foutue côte. C’est dans la descente suivante qu’il comprendra son erreur… J’y reviendrait plus loin…

Que dire des motards, des automobilistes qui se jettent sur leurs plaquettes ou leurs disques de freins ? Répétons-leur de bien mâcher avant d’avaler, afin d’activer une digestion maximale. Et, je m’autorise un petit conseil, prenez garde à l’intégrité de la cuvette des WC. Je pense aussi à ce proverbe, peut-être chinois, « Celui qui mange une noix de coco fait confiance à son anus »…

Une autre acception du terme me tire des larmes, de joie et de douleur. En anatomie, le frein est cette petite languette de chair qui retient le prépuce au gland. Pouvez-vous imaginer pour quelles sordides raisons un humain rongerait son frein ? Déjà, il faudrait que son organisme (tiens, on y revient !!) lui ait offert une souplesse qui ne manquerait pas de faire des envieux. Pas pour se ronger le frein, mais je vous laisse imaginer… bande de coquin(e)s ! Et puis, cela ne doit pas être très nourissant !!

Tout d’un coup, je m’interroge sur l’existence ou la non existence d’un potentiel cancer du frein. Cancer du rein, ça je sais, j’ai testé. Fin du cancer, j’aimerais bien tester, mais cancer du frein, jamais entendu parler. En même temps, ce n’est pas parce que je n’en ai jamais entendu parler que cela n’existe pas, la vie me l’apprend chaque jour.

Ronger le frein, mais pas en descenteeeeeee ! Rhiiii, zblam, zdoing, oing, oing ! Trop tard ! Fallait pas, je l’avais bien dit.

Il ne faut pas confondre avec l’expression ranger son frein, qui n’a rien à faire ici et dont on se fout totalement. Après si certains prononcent les O comme des A c’est leur problème. Chacun fait comme il veut… quoique….

En fait, l’origine de cette expression vient du monde équin. Le frein est le mors du cheval, qui permet de lui transmettre les ordres du cavalier. Lorsque le cheval n’est pas sollicité, il peut s’impatienter, ce qu’il manifeste en rongeant son frein.

Désolé de vous avoir pris du temps, vous pouvez reprendre vos activités ! Fichtre, on est déjà samedi, c’est dingue…. on ne voit pas le temps penser ! le pan tasser…. et merde… bon ouiquainde !

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

L'Oeil Noir

Blog de Lectures - Chroniques littéraires tendance Thrillers / Romans Noirs

The Biveros Effect

To Travel is to Live

Thoughts on Papyrus

Exploration of Literature, Cultures and Knowledge

%d blogueurs aiment cette page :