Maux & Cris

Textes, Poèmes, Livres, Rêves et autres billevesées

Onze années de cancer m’ont fait cohabiter avec mon corps. Avant, lui et moi ne faisions qu’un. Dans le but louable de me sauver la vie, les médicaments anticancer l’ont mis à mal. Petit à petit, il s’est écarté pour s’installer à côté de moi, comme une entité étrangère. Mon véhicule devrait me porter fièrement, pourtant, dans le meilleur des cas, c’est moi qui supporte sa faiblesse.

Heureux et reconnaissant d’être encore en vie, fin juin me donnait l’impression d’être sur une planche savonnée, certes douce, mais sans aspérité susceptible de stopper l’inéluctable glissade finale. Conscient qu’elle se produira un jour, je ne la crains pas et la regarde à peu près droit dans les yeux sans ciller, sans ressentir aucune forme d’excitation non plus. La vie est une richesse infinie, la mort nous en prive définitivement.

Histoire de ranimer ce que certains appellent des muscles (les miens sont faiblards, ma peau plisse à force de les chercher, syndrome du manque…), j’ai commencé à fréquenter une salle de sport.

Ne va pas t’imaginer, lecteur-trice, que tu me verras en gros balèze tatoué gonflant ses biscottos devant la glace, tel Narcisse suant et soufflant au rythme du terrible effort qui gonfle outrageusement ses veines. Là n’est pas mon sujet. Je tiens à me préserver du ridicule, qui, s’il ne tue pas, n’apporte pas grand chose de bon. Ma démarche est de la bête survie.

J’ai été entreprendre Nel, le coach d’une salle près de chez moi. Nous avons échangé sur le pourquoi du comment. Il a conclu que je souhaitais faire du renforcement musculaire, et prudent à l’écoute de ma situation, il m’a demandé un mot du médecin.

Quelques mois avant, j’avais demandé à mon oncologue si l’hôpital était connecté à des services de type remise en forme ou entretien physique. Elle m’avait donné de la documentation sur deux lieux adéquats et spécialisés, l’un à Paris, l’autre à Rouen. J’habite au milieu, éloigné des deux par une heure de route, ce qui m’avait découragé. Ils m’avaient aussi remis un certificat, destiné au responsable des lieux, expliquant que j’étais apte, dans ce contexte particulier.

Nel a accepté ce certificat. Je me suis inscrit pour un premier mois, histoire de vérifier que la solution me convenait, et que j’étais capable de la supporter.

J’ai donc commencé à fréquenter la salle, bien accompagné par Nel, qui m’expliquait le fonctionnement des machines et me demandait toutes les cinq minutes si cela allait, si je n’avais pas mal.

La séance commence par douze minutes de vélo et douze de marche, afin de travailler le cardio et réveiller les muscles. Ensuite c’est à une dizaine de machines, chacune travaillant un muscle, que je m’attelle. Après les dix machines, je clos la séance par douze minutes de marche ou par quelques activités de gainages et d’abdo.

Premier constat : je suis moins en difficulté que je l’imaginais. Au fil des séances, j’adapte les réglages, de manière à avoir toujours un effort à faire, mais en restant en deçà de mes limites. Comme exemple, côté cardio, je m’interdis de dépasser une fréquence cardiaque à 130, en haut de l’effort moyen compte tenu de mon âge. Pour un jeune, cette fréquence limite serait plutôt vers 220. Petit à petit, j’affine certaines pratiques, en faisant suivre une série rapide par une série lente, voire en modifiant la charge, une série lente utilisant une charge inférieure à une série rapide.

Je me suis fait un tableau Excel avec les poids pratiqués, ce qui me permet de suivre l’évolution. En additionnant les poids utilisés, sachant que sur chaque machine, je fais quatre séries de dix, j’ai soulevé pendant le mois de juillet un total de soixante deux tonnes, sachant que j’ai été absent pendant une semaine. Aujourd’hui, je soulève neuf tonnes (J’ai commencé à 1.800 kgs et en suis maintenant à 9.280 kgs) par séance.

Peu à peu je réintègre mon corps, sans avoir ni courbature, ni ressentir de douleur. Je sens vraiment une bonne amélioration, chaque geste de la vie quotidienne se faisant plus facilement. J’apprécie vraiment.

A suivre…


21 réflexions sur “62 tonnes

  1. Ah, Monsieur Bluto 🙂

    Aimé par 1 personne

    1. Maux&Cris dit :

      Pourquoi monsieur Bluto ? 🤔

      Aimé par 1 personne

    2. Le rival de Popeye etait Bluto, non? Avec des gros muscles?

      Aimé par 1 personne

    3. Maux&Cris dit :

      Ah oui, pardon, je n’avais pas compris. C’est drôle. Il y a des gens comme Bluto dans la salle. Mais pas moi. J’ai plutôt le format Olive… 😅

      Aimé par 2 personnes

    4. trop modeste, j’en suis sur!

      Aimé par 1 personne

    1. Maux&Cris dit :

      Bonjour Jean-Louis !

      Aimé par 1 personne

  2. Salut Régis. Je suis heureux d’avoir de tes nouvelles et de ta capacité à en faire… des tonnes🤣
    Mon père a tenu vingt ans avec la bête. Le mental est très important mais le corps faiblit bien sûr et du coup le mental … J’ai offert à mon père un chien et il m’a remercié car le chien devait être sorti tous les jours et c’est lui qui tirait mon père au début, devenu du coup homme de traîneau.
    Tu as raison et en même temps je t’admire de faite du sport.
    Le vélo en plein air c’est cool aussi. Il y a l’aviron qui fait tous les muscles tout en admirant le paysage.
    La mort vaincra un jour, elle nous vaincra tous mais je crois de plus en plus au temps présent.
    J’ai vu mon père mourir en quelques secondes sous mes yeux. C’est l’avant qui est difficile voire insupportable, la maladie, la souffrance et la vision de sa finitude.
    Profites de chaque instant, chaque paysage, chaque sourire, chaque caresse. D’ailleurs à propos…😂
    Bon courage à toi
    Alan

    Aimé par 1 personne

    1. Maux&Cris dit :

      Bonjour Alan, et merci pour ton commentaire.
      Oui, on apprend à vivre le moment et à ne pas fantasmer. Je suis très content d’avoir dépassé le stade du constat ma la faiblesse pour tenter de « réarmer » mon organisme…
      On verra bien…
      Merci encore et belle journée Alan.
      Régis

      Aimé par 2 personnes

  3. Photonanie dit :

    Comment te dire le plaisir ressenti en te lisant. Une très bonne idée cette salle de sport surtout si tu as trouvé un coach avec qui le courant passe bien.
    Tu es sur la bonne pente il me semble, celle qui monte et qui n’est pas savonneuse et tu te rapproches du sommet, à chaque effort, à chaque tonne soulevée.
    Bravo pour ta volonté de vivre et de te battre.
    Bon courage pour toutes les tonnes que tu vas encore soulever pour gagner ton combat alors que certains sont fatigués à l’idée de seulement soulever une objection 😉.

    Aimé par 1 personne

    1. Maux&Cris dit :

      Merci beaucoup Photonanie. Je vous tiendra au courant de l’évolution.
      Belle journée et des bises

      J’aime

  4. Juste un petit coucou et moi aussi j’apprécie ces nouvelles; face â la maladie poser des actes c’est j’imagine reprendre un peu le contrôle et c’est important qu’elle ne te mène pas par le bout du nez la salope ! Je pense bien bien à toi je t’embrasse.

    Aimé par 1 personne

    1. Maux&Cris dit :

      Merci Cécile. Belle fin de journée. Prends soin de toi. Bises

      J’aime

  5. Lazuli Biloba dit :

    « bête survie », quelle drôle d’expression ! Il ne faut jamais mépriser les bêtes. Je me réjouis de lire que la vie animale, le souffle, les muscles, l’endurance, reprend ses droits.

    Aimé par 1 personne

    1. Maux&Cris dit :

      Loin de moi l’idée de les mépriser ! Je réserve cela à nombre d’humains qui le méritent tellement. 😂 Merci et belle journée dans ce beau jardin.

      Aimé par 1 personne

  6. zelieangel dit :

    Que dire, sinon bravo. Pensées positives, exercices physiques ( sans trop forcer. Si tu ne voulais que te la jouer Popeye, il y aurait les epinards 😉)….
    Merci pour cette belle leçon de vie
    Très très bon et beau week-end. A bientôt. 🥰 🌞

    Aimé par 1 personne

    1. Maux&Cris dit :

      Merci de ta visite et de ton commentaire ! J’évite les épinards, pour éviter d’être trop musclé du biceps.
      Beau ouiquande. Bises 😘

      Aimé par 1 personne

  7. Lia dit :

    How good it is to have an update from you. You have an enlivening writing style, a pleasure to read. « La vie est une richesse infinie, la mort nous en prive définitivement. » Astute and beautiful line. Inspiring to read about your exercise routine. Merci pour ce beau partage. 🙏👌 <33

    Aimé par 1 personne

    1. Maux&Cris dit :

      Thank you so much Lia, for your words. I really appreciate and I am very grateful for them.
      Take care. ❤️

      Aimé par 1 personne

    2. Lia dit :

      Likewise to you Régis. Very much so. Bonne soirée à toi, et de tr`ès belles journées à suivre. 🤗 ❤️🔆

      Aimé par 1 personne

Répondre à Pigraï Flair / La culture a du sens Annuler la réponse.

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Coquecigrues et ima-nu-ages

......quand je suis sur la touche...je pianote en rond......

Carnets volubiles

"you talk way too much"

The Paltry Sum

Detroit Richards

Beatriz Esmer

Writings & Drawings

%d blogueurs aiment cette page :