Maux & Cris

Textes, Poèmes, Livres, Rêves et autres billevesées

Lire l’épisode précédent : Dupin – la suite de la suite

La visite s’était poursuivi. Le domaine était superbe, les deux topiaires, impeccablement taillées, s’inscrivaient parfaitement bien dans le paysage. Au-delà du bois entourant le château, le domaine descendait dans la vallée et depuis l’orée du bois, les arbres bien alignés ponctuaient la courbe de terrain jusqu’à un hameau de quelques maisons. Sur tout le côté gauche, un bois longeait la propriété. Sur le côté droit plusieurs hangars contenaient tout ce qui permettait au Baron et à son équipe de trier, nettoyer, conditionner et entreposer les fruits. Un accès direct à la route permettait aux camions de venir enlever les cageots de fruits.

Le Baron distillait sur place, grâce à un privilège de bouilleur de cru hérité de la famille. La distillerie, contenu dans un bâtiment un peu à part, était utilisée aussi pour d’autres producteurs qui n’avaient pas le privilège. Dupin avait quitté le Baron en fin d’après-midi pour rejoindre son hôtel à Colroy-la-Roche. Après un excellent repas dans un salle peu remplie, Dupin était remonté dans sa chambre et avait débriefé.

La visite de Talloires n’avait rien donné de vraiment concret, la piste Besseron semblait d’être épuisée. Il n’avait pas encore eu d’appel de ce dernier, ce qui voulait dire que la photo n’avait pas encore été montrée à toute l’équipe ou que la recherche était restée sans réponse, quoique dans ce cas Besseron l’aurait appelé.

De la visite du domaine d’Anthelme, il retirait plusieurs choses. Lilly avait développé une activité de conseil en transition vers le bio, un peu dans son dos. Dupin en était très étonné. Elle semblait préoccupée et cela pouvait concerner un contrat où, comme l’avait verbalisé Anthelme, on la prenait pour un lapereau de six semaines. Dupin se disait, dis autrement on la prenait pour une quiche, ce qui est adapté en Lorraine. Mais qu’est-ce que c’est que cette histoire de frères qui ne sont pas tous pareils ?

Non, ce n’était pas ça la phrase exacte. Anthelme avait dit « tous les frères n’ont pas la même valeur ». Il avait beau tourner cela en tous sens, il ne se rappelle pas avoir eu à faire à des frères. Des couples, oui, des mais, oui, mais pas de frères. Il fallait qu’il avance. Le fait de ne pas savoir lui faisait monter une frustration agaçante. Demain matin il appellerait Besseron. Il envoya la Sérénade D.957 de Schubert, la Ständchen sur sa petit enceinte JBL, éteignit la lumière et se tourna sur son côté favori. Ses interrogations sur de possibles frères se mirent à tourner sans fin dans sa tête, se heurtant systématiquement à une fin de non-recevoir et repartant sans cesse dans le tourbillon. La nuit s’annonçait grandement merdique et il savait que son réveil serait soit pour sortir d’un cauchemar façon idées noires dûes à l’abus de morphine, soit avec cet horrible goût de champignons pourris dans la bouche. A moins que ce ne soit les deux.

Il ne se souhaita pas bonne nuit et sombra après avoir tenté sans succès aucun de se focaliser sur la musique.

Des ombres sans précision dansaient autour de lui, l’une d’entre elles, partant du fond de l’espace, venait en un éclair coller son masque troué de grands yeux vides et un immense trou à la place de la bouche, un peu comme le célèbre Cri de Munch, mais en noir et gris, pour lui chuchoter une superposition de mots d’une langue inconnu et incompréhensible. Les monstres n’étaient pas vraiment méchants mais on les sentait puissants. Ils prononçaient des mots isolés, sans avant et sans après. Comme des imprécations. Il cru reconnaitre des mots. Lapereau. Six semaines, dit l’un en ricanant. Valeur. Frère. Frère dit un autre. Et encore frère. Tous ces frères étaient pareils, et tous différents en même temps.

Il se réveilla en un instant, n’ouvrit surtout pas les yeux, et se répéta les mots et les impressions ressenties pour les fixer. Il se leva. Sa bouche puait le champignons pourri. Il se sentait broyé, laminé, mais comme guéri. À condition qu’il n’oublie pas les mots. Il fouilla son sac et en sortit le carnet qu’il avait toujours avec lui ainsi qu’un stylo, fit encore vivre les mots et les impressions. Encore et encore. Tout était encore vivant.

Il ouvrit les yeux et se mit à écrire presqu’automatiquement, sans lever le crayon.


à suivre…


Bonne journée les ami(e)s

Image par Gerd Altmann de Pixabay

©️ Texte et photos de Régis Vignon – excepté pour la tasse de café

30 réflexions sur “Dupin – Le débrief

  1. Solène Vosse dit :

    A a ah, et qu’est ce qu’il se met donc à écrire comme ça, de si bon matin, notre Dupin ? J’peux même regarder par-dessus son épaule, ni la tienne = et d’ailleurs, le sais-tu ?
    La suite au prochain numéro ( si on est sage)
    Chelou quand même ce délire de 3 frères ( oh non pas encore 3 frères mal en point dont un plus petit ou plus grand, je sens po le truc)
    🥳
    Je lol, mon Emplumé Et j’ai répondu à ton commentaire si ça peut te rassurer ( m’en voudrais que tu restes avec ton coeur brisé cause de moi 😉 )
    Ins-pi-ra-tion. Et c’est surtout qu’on a remarqué Sand et moi que les gens aiment bien les trucs de déprimés ( ées).

    Te dis à plus. Peut-être pas de sitôt. Boulot boulot jusqu’à au moins mercredi jeudi ( voire même)
    Hier soir, y’a pas eu besoin de me bercer. Je dormais à l’heure des poules. Et ce matin, c’est la forme !
    😄

    Aimé par 2 personnes

    1. Tiens, tu vois TROIS frères, SOlène ? Moi, j’en voyais QUATRE !
      (Sans doute à cause d’un lieu-dit « les quatre frères » tenant son nom de quatre arbres très rapprochés, et comme Lilly travaille autoru des arbres…)
      (re) bonne journée, SOlène.

      Aimé par 2 personnes

    2. (travaille autour, et non travaille autoru !)

      Aimé par 2 personnes

    3. Maux&Cris dit :

      Tiens c’est drôle dans mon bled du Lyonnais, nous avions les trois frères. 3 arbres en hauteur qui se découpaient sur le ciel. Le nombre de frères n’a pas d’importance…

      Aimé par 2 personnes

    4. Maux&Cris dit :

      Tant mieux que tu aies la forme. Ici, je suis cloué au fond de mon lit. Le vaccin anti grippe d’hier m’a foutu par terre. Mal de tête, fièvre et mega fatigue. Je suis complètement KO.
      Demain était prévu une balade en moto dans le coin. C’est mort.
      Le frères ne sont pas les Daltons. 😂 J’ai déjà une vague idée que je vais devoir développer.
      Dupin écrit juste les mots et les impressions de son rêve afin de ne pas les perdre. S’il revient trop vite à la réalité il les perdrait. C’est du vécu. Un de mes textes a été écrit comme cela : https://mauxetcris.com/2017/10/11/chevauche-tes-morts-etends-tes-ailes/
      Heureux que tu aies la pêche aujourd’hui.
      Bisous 🌹❤️😘

      Aimé par 2 personnes

    5. Solène Vosse dit :

      Oui oui, je m’en souviens de ce poème et de ton rêve ( assez marquant pour ne pas l’oublier)
      En tout cas, j’espère que tu vas mieux ce matin.
      C’est la première fois que tu as ce genre de réaction après un vaccin contre la grippe ou à chaque fois pareil ?
      Repose toi bien. Bon dimanche, bisous. 😘❤🌹

      Aimé par 1 personne

    6. Maux&Cris dit :

      J’ai moins mal à la tête ce matin. C’est la première fois. L’an dernier c’était passé comme une lettre à la poste. Les vaccins ne sont pas les mêmes d’un année sur l’autre.
      Bon dimanche ma Solène. Bisous. 🌹❤️😘

      J'aime

    7. Solène Vosse dit :

      Bien sûr. Mais quand même il faudrait en parler à ta généraliste.

      Aimé par 1 personne

    8. Maux&Cris dit :

      J’espère surtout que cela sera terminé demain. Si cela dure bien sûr j’irais consulter.

      Aimé par 1 personne

  2. Mais qu’est-ce qu’il a écrit, le Dupin ? Je veux savoir moi !
    À mon avis, c’est l’arrière petit-fils d’Aurore, maîtresse à l’accrochage à la falaise. Quand je pense que son roman feuilleton Consuelo était découpé en tranches, et qu’il fallait attendre UN MOIS pour avoir la suite : ah oui, il a de qui tenir, le Dupin.
    Bonne journée, Régis.

    Aimé par 2 personnes

    1. Maux&Cris dit :

      Regarde un des commentaires fait à Solène, tu verras qu’il n’y a rien de bien sorcier.
      Je fais ce que je peux. Mais je vais peut-être accélérer un peu…
      Bonne journée Jean-Louis

      Aimé par 2 personnes

    2. Bah non, prends ton temps et continue à ton rythme.
      C’est à nous, pôvres lecteurs, de nous adapter et de te suivre.

      Aimé par 1 personne

  3. Antoine Jumelle dit :

    J’ai tout aimé
    Même la quiche lorraine 😜

    Aimé par 2 personnes

    1. Maux&Cris dit :

      Je n’ai pas su résister à glisser une connerie… c’est plus fort que moi.

      J'aime

  4. bertri13340 dit :

    Merci à toi confrère WP.

    Un petit mot sur la quiche Lorraine : Grand Mère maternelle Marguerite, dite « La Guite » faisait une cuisine transmise à elle par sa famille originaire de Diane-Capelle 57830, en bordure du Canal et de l’Étang de la Blanche Chaussée. Plus tard résidante de Coutures 57170 jusqu’à son dernier voyage vers l’au-delà. Elle me demandait toujours de faire la Quiche, avançant que je la faisais mieux qu’elle ! De fait elle la faisait bien, en particulier le traditionnel Pâté Lorrain du dimanche midi. Recette qu’elle n’a pas eu le temps de me transmettre. J’ai dû travailler comme un sourd sur cette recette pour retrouver les saveurs de mon enfance. On peut dire que cette recette est technique, il faut aimer la Lorraine et ses traditions…
    Les origines de ma famille en Lorraine datent de 1540 d’après les actes notariés. 12 générations.

    Bonne journée, bon weekend à tous !

    Aimé par 1 personne

    1. Maux&Cris dit :

      Dans la famille de mon épouse, originaire en partie de la Creuse, c’est le pâté Creusois qui est délicieux. Mon beau-père faisait le pâté de Pâques, un pâté Creusois avec de l’oeuf sur le dessus, mais toujours en dessous de la croute. Une vraie tuerie. Ma Sylvie en a repris la confection. Je pense que les pâtés Lorrain et Creusois doivent avoir une certaine familiarité.
      Qu’est-ce que c’est bon ces trucs-là !
      J’ai un ami Lorrain chez qui nous répétions. Une fois sur deux il nous faisait sa quiche Lorraine. On ne s’est jamais plaint !!!

      J'aime

  5. ID de femmes dit :

    Nous autres, lyonnais, mangeons, religieusement, le pâté croute ou pâté en croûte. Il y a de fameux concours. Bon, mais Dupin dans tout ça… Suite bientôt…

    Aimé par 1 personne

    1. Maux&Cris dit :

      Le pâté en croute j’adore ! Il faut trouver le bon.

      J'aime

  6. Gh0ST dit :

    Eh bien toutes ses victuailles m’ont mise en appétit. Quant à l’histoire, le mystère s’épaissit d’une dose roman noir qui me plait beaucoup. Je l’ai récité à ma douce comme j’aime bien le faire, avec mes lectures WP, et elle fut ravi également.

    Passe un beau dimanche, ce fut un plaisir.

    Aimé par 1 personne

    1. Maux&Cris dit :

      Merci GhOST pour ces encouragements. Ça fait tellement plaisir.
      Mon samedi a été exécrable, suit à de fortes réactions au vaccin anti grippe. J’espère un dimanche plus clément.
      Belle journée à vous deux.

      Aimé par 1 personne

    2. Gh0ST dit :

      Je ne sais jamais trop que penser de ces vaccins, surtout lorsqu’ils semblent pire que le mal. Ceci dit je comprend aussi l’importance qu’ils ont. Prend soin de toi. Et un dimanche splendide. Ici il fait enfin soleil, nous comptons bien en profiter quelque peu.

      .

      Aimé par 1 personne

    3. Maux&Cris dit :

      Oui il fait beau. Profitez-en.
      Pour le vaccin, je ne me pose pas de question. Je suis à risque avec mon cancer du rein et je ne veux en prendre aucun.
      L’an dernier le vaccin est passé sans effet. Cette année, c’est la merde. Ça ira mieux demain.
      Bon dimanche

      J'aime

  7. Lazuli Biloba dit :

    Intrigante cette fratrie. Inquiétant ce vaccin antigrippe, j’espère que les effets se dissiperont vite et que tu passeras un dimanche serein, danielle

    Aimé par 1 personne

    1. Maux&Cris dit :

      Ça va un peu mieux ce matin. Bon dimanche Danielle.
      Régis

      Aimé par 1 personne

  8. Photonanie dit :

    Moi voilà remise à flots moi qui étais dans le pâté et me sentais du coup comme une quiche!
    J’ai emmené Dupin avec moi au coin du feu et il ne s’est pas plaint le bougre.
    Par contre il me semble y avoir un ch’ti souci de lien à la fin de l’épisode « suite de la suite » vers « debrief » 😉
    Pour toi j’espère que ce fichu vaccin a calmé ses effets.

    Aimé par 1 personne

    1. Maux&Cris dit :

      Merci pour le lien, je vais regarder.
      Le vaccin n’a pas complètement calmé ses bêtises…
      Bon dimanche et merci.

      J'aime

    2. Maux&Cris dit :

      Le lien est corrigé. La même boulette existait le le lien vers le débrief de la page Dupin 1->N

      J'aime

  9. Jg Roy dit :

    Je la trouve très sympa ton histoire Régis ! J’ai tout lu depuis le début et dans l’ordre, c’était trop cool.
    On dirait que çà va commencer à se corser sérieusement par la suite … j’sais pas dire pourquoi mais j’le sens 😉
    Merci à bientôt

    Aimé par 1 personne

    1. Maux&Cris dit :

      Si seulement je savais ce qui va se passer !
      Merci pour ton soutien Jean-Guy !

      J'aime

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Brother's Campfire

Gather 'round and hear a tale...

Tears Of The Pen

𝑲𝒂𝒈𝒐 𝑾𝒂 𝑲𝒊𝒎𝒂𝒏𝒊

Maxinfo24

Site d'actualité

Into the Light Adventures

By Sandra Js Photography - Make the rest of your life the best of your life.

%d blogueurs aiment cette page :