Le marionnettiste

Le marionnettiste

Avant de lire cet article, je vous conseille de lire les épisodes précédents :

  1. L’entrée
  2. L’entrée – suite

Il se lève de son siège moelleux en cuir, fait deux pas et redresse le second disque de platine de la série de 10 que les winners de sa maison de disque ont gagné ces dernières années. Pourquoi ce putain de disque est-il donc toujours en biais ? Il a horreur de ce qui n’est pas bien aligné. Il prend son smartphone et appelle Kevin.

« Kevin, je peux te demander de passer quand tu as deux minutes, s’il te plait, un des nos disques de platine fait le con sur le mur. Tu peux gérer ? »

« OK Paul ! Pas de souci. Je finis de régler les moniteurs et j’arrive ».

« Que se passe-t-il avec les moniteurs ?

« T’inquiète ! On a fait rentrer une paire de moniteurs dernier cri. Faut adapter l’acoustique. Tu viendras écouter après. C’est une pure merveille. On devait toujours pousser les basses en cabine. Ces moniteurs vont corriger ça. A tout' »

« Alexa ! Joue-moi Love for Chet ! »

Cet album de Stéphane Belmondo est un de ses préférés, avec Jesse van Ruller à la guitare et Thomas Bramerie à la basse. Cette formule restreinte sans batterie et sans piano donne une rondeur à la musique. Le bugle de Stéphane Belmondo vient glisser en douceur sur la trame harmonique si bien distillée par Jesse van Ruller et soutenue en finesse par Thomas Bramerie. Plus loin il y aura la chanson d’Hélène, qui sait lui tirer des larmes, à lui pourtant si dur en affaire.

Il aime les musiciens engagés dans leur musique et les soutient tant qu’il peut, mais il doit aussi faire du business, non qu’il soit profondément attaché au fric. Le fric c’est juste un moyen de faire éclore de la belle musique. Au fond de lui, c’est ça qu’il aime, se dire qu’il a aidé à ce que des albums fantastiques soient mis à disposition du public.

Il a récemment assisté à un concert fabuleux où les deux frères Belmondo, Lionel et Stéphane avaient reformé le Belmondo Quintet, avec Eric Legnini au piano, Sylvain Romano à la contrebasse et Tony Rabeson à la batterie. Ça avait joué sa mère, les frères sortaient exténués de leurs solos et à la fin Eric Légini avait laissé sa place à Jacky Terrasson venu assister au concert, et qui avait mis le feu avec son jeu percussif et les défis que se lançaient réciproquement Terrasson et Stéphane.

Il était ressorti rempli de ce concert. Rempli de beauté et de reconnaissance. « Putain qu’est-ce que je les aime tous ces musicos ! » Tiens c’est le moment de la chanson d’Hélène. Il se barre dans le film de Claude Sautet et reste bloqué sur l’image de Romy, la belle Romy avec Picoli, l’association de la carpe et du lapin des Choses de la vie. C’est Philippe Sarde qui avait pondu la musique. Ce morceau a été repris par tant de gens.

Bon, c’est pas tout, back to business. Il cherche Antoine sur ses contacts et clique sur Call, en même temps que dans sa tête s’installe un mélodique « Clic – clac – cloc, c’est qui qui débloque ? »

« Salut Antoine, c’est Paul, tu as deux minutes ? »

Antoine est sur son vélo. « Deux secondes, Antoine, je m’arrête ». Il freine, jette un coup d’oeil sur sa droite et derrière lui, pas de danger, se rapproche du trottoir, pose le bout du pied droit au sol, se retrouve un peu de traviole, il ne faudra pas que ce call dure trop….

« Ayé, scuse-moi, je suis en vélo rue de Rivoli. Comment vas-tu Paul ? »

« Bien merci. J’ai besoin de te voir, rien de grave, bien au contraire, j’ai pensé à un truc. Je voudrais t’en parler. Tu es pris vers 19 heures ce soir ? »

« Je devrais pouvoir m’arranger. Je viens te voir au studio ? »

« Oui je t’expose le truc et on va boire un truc après. »

« Ça marche. A tout' ».

« Clic – clac – cloc, c’est qui qui débloque ? Flique – flaque – floque, la blonde qui se déloque ! » N’importe quoi ! Il s’asseoit, se retourne et regarde par la fenêtre. Le parvis de la Défense s’étire jusqu’au Louvre. Quelle vue phénoménale depuis ce bureau ! Il n’a pas pu résister lors de la visite. Bien sûr il aurait dû prendre moins cher ailleurs, mais profiter de cette vue de folie, quelle aubaine ! De toute façon, la gestion du fric ne l’a jamais fait vibrer. Il connait un tas de gens qui ne font que ça, ne pensent qu’a ça. Même s’ils tentent de donner l’impression d’être plus dans la gestion de l’humain ou de la technique, il y a toujours un moment où l’avidité ressort, au détour d’un mot, d’un geste.

Comme au début où il bossait. Un mec qui monte sa boîte. Le truc super motivant. Au début ils avaient été quatre à bosser nuit et jour et week-end, sans compter leur temps ni leur énergie. En un an ils étaient dix. Un vendredi, ils avaient été manger ensemble au restaurant. Chacun avait payé sa part et l’autre enfoiré avait demandé une facture de l’ensemble afin de se faire rembourser la totalité en note de frais. Quel enculé !

En un an, la première année d’exploitation le crétin avait bouffé le capital en notes de frais. Tout y passait, des soins esthétiques de sa compagne à Courchevel au chauffage de son domicile. Paul avait été demandé des comptes à son boss, le ton était monté et ils avaient été à deux doigts de se foutre sur la gueule tous les deux. Paul ne supportait pas l’injustice, c’était plus fort que lui. Il avait ainsi vécu son unique licenciement, pour une raison délicieuse : incompatibilité d’humeur.

Depuis il avait toujours sur lui un détecteur à enculé et ceux-là il prenait plaisir à les niquer. Avec eux il était sans pitié. Son côté ange blanc se travestissait en démon à la grande surprise de ses victimes.

Antoine, c’était autre chose. Le mec était cool. Jamais une embrouille, bosseur, des idées comme s’il en pleuvait, des riffs de guitare incisifs, métalliques, modernes. Il lui faisait un peu penser au guitariste de Doctor Feelgood, comment s’appelait-il déjà ? Jaco Pastorius ? Non mais mais ça va pas. Non Wilko Johnson, oui c’est ça Wilko Johnson. Sur scène il avait un jeu de folie ce mec, un jeu sec comme un coup de trique, presque psychotique, d’ailleurs il se déplaçait de la même manière sur scène. Jaco Pastorius !! Sa mémoire lui faisait des blagues de temps à autres ! Il s’en inquiétait sans vouloir l’admettre.

Il y avait du Wilko en Antoine, mais ce dernier avait beaucoup plus de capacités. Il pouvait jouer de tout, même du jazz. Il s’était dit qu’associer Antoine avec Claire, la belle à la voix de folie, c’était le germe d’un beau projet. Paul savait les histoires entre eux, les je t’aime, les je t’aime plus. Mais il savait aussi que musicalement, ils n’avaient jamais bossé ensemble et c’est là où il voulait les emmener.

Musique conseillée :

Love for Chet par Stéphane Belmondo

Doctor Feelgood (avec Wilko Johnson)

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s