Maux & Cris

Textes, Poèmes, Livres, Rêves et autres billevesées

Pauline Clavière intervient dans les émissions C à vous et C l’Hebdo sur France 5. Ce ne sont pas ses débuts à la télévision. Ses interventions sont toujours pertinentes et on sent bien quand on l’écoute que cette jeune femme en a encore sous le pied. Du coup, lorsque j’ai appris la sortie de son premier livre « Laissez-nous la nuit », je l’ai inscrit dans ma PAL (Pile A Lire).

Surprise, il est bien épais pour un premier livre. Plus de 600 pages. Si cela vous fait peur, sachez que l’on se sent si bien dans ce livre, que l’on voudrait bien qu’il soit plus long encore.

La quasi-entièreté du livre se passe en prison. Là déjà, ça peut choquer, on se dit que dans un endroit ultra confiné comme la prison, que pourrait-il bien se passer d’intéressant à part des violences physiques et morales ? On sait bien que le confinement provoque des espaces de liberté, la récente et toujours présente actualité virale nous l’a récemment montré. Dans Laissez-nous la nuit, vous aurez cette violence physique et morale, mais vous aurez aussi et surtout bien plus que cela.

Vous aurez des personnages pleins, pas des coquilles vides, des êtres de chair et de sang qui palpitent avec leurs forces et leurs faiblesses. Le personnage principal se retrouve en prison, à tort, je ne vous dirai pas pourquoi mais sans cela ce livre n’aurait pas existé. Il passe par tous les sentiments d’incompréhension, de rébellion, d’acceptation, d’impuissance que l’on peut imaginer.

Le livre commence par son incarcération et se termine par sa libération.

Couverture de Laissez-moi la nuit – photo Régis Vignon

Mais l’important ce n’est pas cela, c’est la prison et ce qui s’y passe. L’important c’est la privation de liberté et cette déshumanisation que la prison officie sur le prisonnier. Le manque de considération, les conditions de vie lamentables, les caïds qui en font voir de toutes les couleurs aux plus faibles, les matons qui se plient à la loi des caïds. L’important c’est cette idée que l’on existe plus en tant qu’humain dans ce contexte. Que la prison est une machine à broyer les âmes.

L’important ce sont aussi les autres personnages. Compagnons de cellule plus ou moins faciles. Personnages démesurés, haut en couleur, si forts et si faibles à la fois. C’est la générosité de certains, même assortie de précaution du type si je te donne ça, finalement, ne te leurre pas, ce n’est pas un cadeau.

Des personnages répugnants, d’autres attachants. Un microcosme, un concentré de la nature humaine qui porte ces écarts de morale, ces valeurs ou ces absences de valeurs que l’on constate quotidiennement autour de nous. Là, vu le contexte, c’est exacerbé.

L’important c’est aussi les rapports du personnage principal avec les autres et l’évolution de ces rapports, toujours dans cette taule qui nourrit la bête. La bête c’est le pire des gens, un condensé de méchanceté, d’intérêt, du fait d’utiliser les autres comme s’ils n’étaient que des pions sur l’échiquier.

Pauline Clavière glisse en fin de chaque chapitre des extraits de ce qui semble être un code de conduite pour taulards, ce qu’il faut faire, ce qu’il ne faut pas faire. Comme un contrepoint froid aux émotions, à la vie. Et ce « code » met en relief ce qui vient de se passer dans le chapitre.

Pauline Clavière écrit fort bien, une plume alerte, riche, parfois poétique, parfois crue. Elle nous propose un livre étonnant, riche, attachant et s’ouvre un boulevard d’écriture. Pauline, si vous me lisez, je suis fan.

Je vous conseille sans réserve la lecture de « Laissez-nous la nuit ». Ce livre est une belle découverte.

Laissez-nous la nuit

Pauline Clavière

Chez Grasset

21,50€

Disponible sur toutes les plateformes, mais, s’il vous plait, faites-moi plaisir, allez plutôt chez votre libraire.

Belle journée les ami(e)s.

Note du rédacteur : à noter que Pauline Clavière a eu la gentillesse de me retourner un petit mot après avoir lu cette chronique

Merci infiniment pour cette belle chronique qui me touche beaucoup ✨✨🙏🏻🙏🏻🙏🏻🙏🏻✨✨✨✨✨✨

15 réflexions sur “L’emplumé a lu… Laissez-nous la nuit (Chronique)

  1. Solène Vosse dit :

    Bonjour Régis
    Avant tout merci pour ta chronique. J’ai reçu pour mon anniv’ le Goncourt. L’histoire se passe en prison. Et…. il m’est tombé des mains.
    J’avoue ne pas être tentée par le sujet. 600 pages qui se passent en prison. Je ne le sens pas.
    Alors tu as récupéré ta chère Liberté ?
    Je te souhaite un beau mois de juillet en sa compagnie. Prends soin de toi.
    😘🌹

    Aimé par 2 personnes

    1. Maux&Cris dit :

      Oui 600 pages qui se passent en prison, mais je t’assure, cela ne gêne en rien. J’en suis resté étonné.
      Oui Liberté est là, prête à bondir hors de sa cage pour avaler du bitume…la météo des prochains jours semble très favorable ! 😋
      Bon juillet. A propos, tes vacances c’est quand ?
      🌹😘

      J'aime

    2. Solène Vosse dit :

      Je veux bien te croire. Le livre dont je t’ai parlé de Dubois, je l’ai prêté. Il a bcp plu à d’autres. Puis à d’autres pas. Même ressenti que moi.
      Non, je sais, je me connais. L’univers carcéral tt ça, ce n’est pas pour moi.
      En plus, je viens de commander 5 bouquins par tel, plus qu’a passer les prendre à la librairie.
      Tt comme J-L, j’ai une PAL impressionnante.
      Bonne balade avec Liberté et 😉

      Aimé par 1 personne

  2. Bonjour Régis !
    Je retiens ce titre (mais seulement pour quand je prendrai le temps, ma PLAL déborde le plafond !)
    Très bonne journée en Liberté à toi.

    Aimé par 1 personne

    1. Maux&Cris dit :

      Tu peux faire rehausser le plafond si nécessaire ! 😂
      Bonne journée Jean-Louis

      Aimé par 1 personne

    2. J’envisage de rajouter deux ou trois étages !

      Aimé par 1 personne

    3. Maux&Cris dit :

      😂 je peux encore faire des chroniques alors…. ouf !

      Aimé par 1 personne

    4. Te gêne (et non pas t’Eugène) pas pour moi, j’adore tes chroniques de… ouf !

      Aimé par 2 personnes

    5. Maux&Cris dit :

      Merci. Tes articles m’impressionnent beaucoup.

      Aimé par 2 personnes

  3. Merci Régis de défendre nos libraires; ils en ont bougrement besoin et ils sont précieux ….
    Bonne journée
    Gérard

    Aimé par 1 personne

    1. Maux&Cris dit :

      Je les aime et ils ont ont besoin de nous. En face, le géant américain fonctionne trop bien, mais n’a pas d’âme.
      Bonne journée Gérard.

      Aimé par 2 personnes

  4. that is attractive and clear

    J'aime

  5. intrepid8 dit :

    C’est un livre très interéssant! Moi, je suis en train de finir le comte de Monte Cristo. J’aime Alexandre DuMas.

    Merci pour le post. Je vous souhaite une belle fin de semaine!

    Aimé par 1 personne

    1. Maux&Cris dit :

      De même, bon week-end !

      Aimé par 1 personne

  6. Maux&Cris dit :

    Pauline Clavière m’a fait la gentillesse de me laisser le message suivant sur Instagram après avoir lu ma chronique sur son livre « Merci infiniment pour cette belle chronique qui me touche beaucoup ✨✨🙏🏻🙏🏻🙏🏻🙏🏻✨✨✨✨✨✨ »
    ❤️

    J'aime

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

L'Oeil Noir

Blog de Lectures - Chroniques littéraires tendance Thrillers / Romans Noirs

The Biveros Effect

To Travel is to Live

Thoughts on Papyrus

Exploration of Literature, Cultures and Knowledge

%d blogueurs aiment cette page :