Maux & Cris

Textes, Poèmes, Livres, Rêves et autres billevesées

C’est l’histoire du phénix, j’aurais donc du commencer par il était un phénix, ou mieux, il était la Fenice, ce qui nous plongerait dans des abîmes. Perplexe, je me demande qui, mieux qu’un danseur ou une danseuse étoile déployant sa grâce et ses muscles sur la scène de la Fenice, pourrait danser sur des décombres.

En plus de deux siècles, la Fenice a subi deux incendies, deux fois elle fut reconstruite pour rester un temple de la danse. La beauté se crée sur la laideur et la mort, pourrait-elle exister sans la présence fétide de notre fin probable. La beauté c’est un lambeau de vie que nos âmes arrachent au néant.

L’art a ce rôle de transcender notre médiocre condition pour transpercer le désespoir de notre impermanence et en tirer les impossibles lumières qui éclairent, justifient nos pas et nous donnent la force d’en faire encore un autre quand il serait si confortable de stopper net.

Soulages, John Coltrane ou Marie-Claude Pietragalla et tant d’autres sont des épées combattant la noirceur du temps. Que ferions-nous sans ces étoiles qui virevoltent sur les règles, les acquis et apportent une nouvelle dimension à nos tristement banales habitudes d’être ?

Ils ont appris et connaissent les codes de leur discipline, mais sont trop grands, trop à l’étroit pour s’y complaire. Alors, ils ont tout explosé pour ouvrir l’espace et dépasser la finitude. Oui, on peut danser sur des décombres, mais attention, il y a des conditions à respecter !!

Ceux qui détruisent pour détruire, parce que mal dans leur vie, parce qu’ils ne savent pas exprimer leur désespoir autrement, d’une manière créative, ludique, humoristique, ou parce qu’ils n’existent que comme cela, ceux-là peuvent aussi croire danser sur des décombres. Ils ne comprennent pas l’essentiel et se réjouissent de danser sur ce qui n’est, en fait, que leur propre cadavre.

Sans culture, la vie n’est que survie. Avec, nous transcendons notre propre existence, nous nous libérons de cette foutue pesanteur pour tutoyer les anges. Dans ces conditions notre vie n’est qu’une danse sur les décombres de notre ancien savoir.

Apprendre, connaître, what else ?

Carnets volubiles

"you talk way too much"

The Paltry Sum

Detroit Richards

Beatriz Esmer

Writings & Drawings

Short Prose

Poetry and Short Prose by #1 Amazon Best-Selling Author Gabriela Marie Milton

%d blogueurs aiment cette page :