Maux & Cris

Textes, PoĂšmes, Livres, RĂȘves et autres billevesĂ©es

Ce matin, je dĂ©ambule Ă  grandes enjambĂ©es dans ma tĂȘte. Un dilemme insoluble me tiraille. D’une part j’ai dĂ©cidĂ© de faire des petites chroniques des bons livres que je lis, en Ă©cartant les moins bons, sous le fallacieux prĂ©texte que ne rien dire des mauvais livres serait la meilleure façon, et peut-ĂȘtre la plus cruelle, de traiter la mĂ©diocritĂ©. Ce livre m’a posĂ© souci par rapport Ă  ce principe.

Octave Parango, qui parait ressembler Ă  son auteur comme une goutte d’eau Ă  une autre, se raconte avec une luciditĂ© sans pitiĂ©. La dĂ©marche est courageuse et difficile. Ne serait-ce pas sa maniĂšre de s’autopsychanalyser afin de sortir grandi de l’exercice ? Ce n’est pas rien d’oser afficher, j’allais Ă©crire ses turpitudes mais ce n’en sont pas, son attitude dĂ©sinvolte d’éternel Ă©tudiant bambocheur.

Nous pouvons tous nous retrouver dans ce qu’il dĂ©crit. Nous avons tous et toutes eu une pĂ©riode oĂč le jour faisait mal aux yeux, plus habituĂ©s Ă  l’ambiance nocturne des bars et boites oĂč se tramaient discussions enfumĂ©es et infinies beuveries, qu’à la lumiĂšre crue de la journĂ©e. Mais nous avons refermĂ© cette Ă©poque, incompatible avec l’état de salariĂ©.

Notre auteur est Ă©tranger Ă  un travail cadrĂ©. Il vit d’écriture d’articles, de livres, de scĂ©narios, ce qui lui autorise ses nocturnes expĂ©ditions. Il nous raconte comme il est difficile, une fois passĂ© la cinquantaine, de garder la tĂȘte haute Ă  agir comme un Ă©tudiant alors que l’on ne l’est plus depuis longtemps. D’autant plus que ses compagnons et compagnes de nuit sont jeunes, eux. L’une est d’ailleurs trĂšs belle et sans pitiĂ©, qui lui fait remarquer trĂšs crĂ»ment.

Il Ă©volue parmi des beautĂ©s, qui se dĂ©robent de plus en plus Ă  ses avances. Il est lucide. Il a de la tendresse pour elles, pour ses compagnes et compagnons de virĂ©es. Beaucoup de tendresse pour les gens qu’il cĂŽtoie mais la dent dure aussi. En particulier avec une bande d’humoristes radiophoniques professionnels, dĂ©zingueurs de tĂȘtes de turc sacrifiĂ©es sur l’autel de leur propre cĂ©lĂ©britĂ©. Il a Ă©tĂ© au milieu d’eux et les connait bien. Il les a analysĂ©s, il est trĂšs bon pour cela.

Il a changĂ© les noms, histoire d’éviter les emmerdements, mais pas assez pour nous Ă©viter de les reconnaĂźtre. C’est un peu comme le casse-boite des fĂȘtes foraines. Tout le monde gagne. Et certains prennent cher, Ă  juste titre. Il cite Gramsci « Le vieux monde se meurt, le nouveau monde tarde Ă  apparaĂźtre et dans ce clair-obscur surgissent les monstres. ». C’est d’une cruautĂ© sans nom envers les rigolos visĂ©s que d’utiliser les mots d’un pur marxiste pour les traiter de monstres sans le faire soi-mĂȘme. Surtout dans une radio placĂ©e plutĂŽt Ă  gauche sur l’Ă©chiquier politique, dont l’auditeur favori serait, aux dires mĂȘme de la patronne de la radio, un professeur majoritairement de gauche.

Octave arrive Ă  ĂȘtre de gauche, de droite tout en se pensant anarchiste aristocrate. On a bien compris qu’il se situait ailleurs, que son observation politique des choses Ă©tait sans parti pris, que le seul fait de raisonner « parti » Ă©tait trop rĂ©ducteur. Son analyse est lucide d’ailleurs, un comble pour un personnage autant dĂ©foncĂ©. Un cours sur les drogues est livrĂ© ici pour ceux qui, comme moi, ont arrĂȘtĂ© d’y toucher il y a longtemps. Vous pourrez rattraper votre retard.

Octave a beaucoup de tendresse pour lui-mĂȘme, comme s’il s’observait de l’extĂ©rieur avec cette luciditĂ© Ă©voquĂ©e plus haut. Du coup, on a aussi beaucoup de tendresse pour lui. Sur le plan de l’écriture, et bien, comment dire, c’est Ă©crit trĂšs proprement. Cependant, ne vous attendez pas Ă  un style dĂ©coiffant ou un souffle poĂ©tique hors norme. L’écriture est Ă  son service, pas l’inverse.

Pour rĂ©sumer, si je fais cette chronique, c’est que, sans ĂȘtre retournĂ©, j’ai bien aimĂ© le jeu entre l’auteur et son personnage, bien aimĂ© la chasse contre les rigolos obligĂ©s contre qui j’ai les mĂȘmes griefs et la mĂȘme lassitude. Je me suis retrouvĂ© par ci par lĂ  dans ses errances, comme un amateur de whisky qui dĂ©guste un Linkwood pour la premiĂšre fois, certainement pas d’Ă©gal Ă  Ă©gal.

Ce livre, précédé par 99 Francs et Au secours pardon, clÎt une trilogie centrée sur Octave Parango.

2 réflexions sur “đŸ€Ł – FrĂ©dĂ©ric Beigbeder

  1. Est-ce que, au moins, c’est de la littĂ©rature ?
    (J’entends par lĂ , est-ce que dans vingt ou cinquante ans, l’effet de mode passĂ©), les gens liront encore ses livres ?
    Bonne journée Maux & Cris.

    Aimé par 1 personne

    1. Maux&Cris dit :

      Je ne sais pas trop ! Un sociologue enquĂȘtant sur notre Ă©poque pourra y trouver des informations intĂ©ressantes. Je ne suis pas un juge es littĂ©rature, mais si j’aurais toujours plaisir Ă  relire Bukowsky, je ne suis pas certain d’ĂȘtre amenĂ© Ă  replonger dans ce livre de Beigbeder.
      Le fond est lĂ , que l’on peut juger superficiel ou pas, mais au niveau de la forme, il n’y a pas de quoi fouetter un chat, ce qui tombe bien, j’adore les chats…

      J'aime

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte WordPress.com. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Google. DĂ©connexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Twitter. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Facebook. DĂ©connexion /  Changer )

Connexion Ă  %s

Tourism Guide Australia

Visit Australia - Travel Guide to find tourism destination, get inspiration, discover blog features and get great travel advice for your perfect Australia holiday.

Irrédentiste !

Blog féministe par Sporenda

Messages from Spirit

Silver Birch was a spirit guide who spoke through Maurice Barbanell 1902-1981, founder and editor of the Psychic News of London , England

suzanne35

ni française ni bretonne malouin suis

T Ibara Photo

äž€æžšăźć†™çœŸăŻäž€ćƒèȘžă«ćŒčæ•”ă™ă‚‹ïŒA picture is worth a thousand words

<span>%d</span> blogueurs aiment cette page :