Condescendance ou Mépris

L’une d’entre vous m’a gratifié de ces mots à l’occasion de l’événement Facebook #1 de MauxetCris. Elle n’a pas précisé lequel je devais prendre. J’ai donc pris les deux.

Au revoir l’utilisation des « stiche », comme un postiche derrière lequel s’abriter offrait une forme de confort, même si l’ajout des contraintes ait sollicité un peu de recherche de ma part, non sans plaisir d’ailleurs, mais ce fut, je le crains et l’une d’entre vous l’a bien perçu, au dépit du sens.

Nous connaissons tous ces deux mots qui semblent proches et que, de prime abord, on échangerait volontiers sans y trouver malice. Cependant, quelque chose nous dit que ce n’est pas le cas.

Comment se rapprocher du vrai sens des mots ? C’est fondamental pour exprimer exactement ce que l’on pense et se bien faire comprendre. Nous avons une foultitude de dictionnaires à disposition, mais j’ai privilégié deux sources : le dictionnaire de l’Académie Française (excusez-moi du peu !)et la base du CNRS (Centre National de la Recherche Scientifique) CNRTL (Centre National de Ressources Textuelles et Lexicales). Les liens sont en pied de document.

L’Académie Française en est à la version 9 de son dictionnaire, toujours en vigueur à ce jour. Même si d’autres dictionnaires (Larousse, Robert, Littré,….) présentent beaucoup d’intérêt, nous sommes sensés trouver dans celui de l’académie Française la quintessence du savoir, de par les cerveaux qui en font partie, à même de produire le nectar des jus de cerveaux.

Condescendance : sous son sens le plus actuel, bienveillance teintée de dédain. La condescendance est un sentiment mélangé, une partie bienveillance positive mélangée d’une forme négative, le dédain n’étant que l’expression du mépris.

Mépris : Sentiment par lequel on juge une personne ou une chose indigne d’estime, d’égards, d’attention. Rien de positif ici, ce mépris n’est que négativité.

Le Centre National de Ressources Textuelles et Lexicales donne pour chaque mot tout un tas d’informations très intéressantes dont il serait dommage de se priver. Par exemple, l’étymologie, les antonymes, les synonymes, d’autres encore, et un outil que j’affectionne particulièrement : la proxémie. Cette dernière affiche sous forme de graphique les liens du mot cherché avec d’autres mots. C’est très riche d’enseignement.

L’outil permet de zoomer et de faire tourner les liens pour accéder au détail.

Vous avez compris que pour signifier une situation vraiment tranchée, vous pourrez manifester votre mépris sans condescendance aucune, mais que si votre intention est plutôt bienveillante, alors condescendez mais ne méprisez point.

Citations (noter que l’on trouve cent vingt et une citations pour le mépris et seulement quatre pour condescendance)

  • “La plupart des mépris ne valent que des mépris. ” Montesquieu
  • “Le silence est l’expression la plus parfaite du mépris.” George Bernard Shaw
  • “Le mépris des hommes est souvent la marque d’un coeur vulgaire.” Albert Camus
  • “Celui qui parle constamment des cons d’un petit air condescendant, ne fait-il pas aussi un peu partie de la famille ?” Pierre Perret
  • “Il n’y aura jamais d’égalité tant qu’on se sent inférieur ou supérieur à autrui. Entre égaux il ne saurait y avoir de condescendance.” Gandhi
  • “L’homme fier a toujours un regard condescendant sur les choses et les gens : et bien sur, aussi longtemps que vous regardez vers le bas, vous ne pouvez voir au dessus de vous.” C.S. Lewis

Documentation :

  • CNRTL (Centre National de Ressources Textuelles et Lexicales) est une base de données produite par le CNRS.
  • CNRS (Centre National de la Recherche Scientifique) est un organisme de recherche dépendant de l’état, créé en 1939, et qui peut se targuer d’être à la point de la recherche public mondiale, devancée depuis peu par la Chine, mais toujours devant les USA pour ce qui est des publications.
  • Académie Française : créée en 1635, il y a bientôt quatre siècles, ses missions sont de défendre la langue française et de maintenir un dictionnaire. La version neuf du dictionnaire est munie de trois tomes dont le premier (de A à Enzyme ) édité en 1992, le second (de Éocène à Mappemonde) en 2000 et le troisième (de Maquereau à Quotité) en 2011. Le quatrième est en cours de révision.